La Bassée, Travaux

Les travaux préparatoires du projet de La Bassée se poursuivent !

Pour améliorer la protection de l’Île de France des crues débordantes de la Seine,
l’Établissement Public Territorial de Bassin (EPTB) Seine Grands Lacs pilote et met en œuvre actuellement le projet de La Bassée.

Publié le

Un projet avec une double mission :

  • Aménager des espaces en amont de la région parisienne pour retenir l’eau des crues, tout en valorisant un écosystème unique.

Pour cela, la construction d’un espace endigué de 360 hectares et la reconstitution de mosaïques d’habitats typiques de la vallée alluviale de la Bassée sont prévus à partir de janvier 2022.

Au préalable des travaux préparatoires sont nécessaires !
Depuis janvier dernier, les opérations d’éradication de la renouée du Japon et de défrichement ont commencé.
Découvrez en images ces étapes importantes, l’ensemble des mesures de protection des espèces animales et florales mises en œuvre, ainsi que les fouilles archéologiques.

L’éradication de la renouée du Japon : retour en images !

Depuis février dernier, L’EPTB Seine Grands Lacs réalise des opérations d’éradication de la renouée du Japon.

La renouée du Japon est une espèce exotique envahissante. Elle pose un problème écologique important en entraînant la disparition de la flore locale essentielle à l’équilibre de la biodiversité. Pour permettre aux espèces locales de se développer à nouveau sur les zones où elle s’est implantée, et pour éviter qu’elle ne se propage encore davantage à l’occasion des travaux d’aménagement de l’espace endigué et des mesures de compensation et valorisation écologique, l’EPTB Seine Grands Lacs intervient pour éradiquer la plante. En fonction de la nature du sol des zones où la renouée du Japon doit être retirée, des méthodes distinctes s’appliquent : criblage-concassage, traitement à la chaux ou installation d’un grillage « auto-étouffement ». En parallèle, des mesures visant à protéger les espèces locales pendant ces opérations sont mises en œuvre. Les voici en images !

La méthode du criblage-concassage

Les terres à traiter sont amenées par pelleteuse sur le périmètre du chantier dédié au criblage-concassage. Des tas de terre sont formés, puis étiquetés selon leur provenance, pour en assurer le suivi par les équipes sur le terrain.

Les terres sont déposées dans la benne du cribleur-concasseur par pelleteuse. Elles sont ensuite triées avec un grand tamis motorisé, appelé cribleur. Le cribleur permet d’extraire les rhizomes de la renouée en concassant la terre.

Les terres sont ensuite déposées puis vérifiées par les équipes. En cas d’absence totale de rhizomes, elles sont redéposées à leur zone initiale. Si des rhizomes sont encore présents, l’opération est renouvelée, et ce autant de fois que nécessaire !

La protection des espèces locales pendant les travaux : une priorité !

Les fouilles archéologiques

Depuis avril, L’EPTB Seine Grands Lacs réalise des fouilles archéologiques sur une zone du projet de La Bassée.
Cette intervention vise à compléter l’analyse des premiers vestiges découverts lors du diagnostic archéologique mené en 2019.

Comment ?

 

À l’aide d’outils dédiés, les archéologues retirent progressivement des couches de terre pour atteindre le niveau correspondant à une période archéologique identifiée lors du diagnostic. Pour la région, il s’agit du néolithique, aussi appelé « âge de la pierre polie ».
Depuis plus de 40 ans, la zone a fait l’objet de nombreuses recherches archéologiques grâce aux travaux de suivi de l’extraction intensive des granulats (activités des carrières). De nombreux vestiges y ont été découverts. Les fouilles
archéologiques actuelles permettent ainsi d’enrichir ce patrimoine, assez classique en Bassée.

Une fois leur intervention sur le terrain terminée, les archéologues assurent l’analyse des vestiges trouvés, puis rédigent un rapport remis à l’État.

Comme pour chacune de ses interventions, l’EPTB Seine Grands Lacs met en place des mesures spécifiques pour protéger la biodiversité locale. Pour assurer la réalisation de fouilles  archéologiques dans le respect du site, les peuplements forestiers et les espèces floristiques à proximité des zones de fouilles ont été protégés.

Retrouvez le détail des opérations préparatoires en téléchargeant la Lettre d'information n°2.