Gestion de crue : nos ouvrages à la manoeuvre

Vous êtes ici
01/06/2016 Inondation Partager
Gestion de crue : nos ouvrages à la manoeuvre

Les quatre lacs-réservoirs gérés par l’EPTB Seine Grands Lacs doivent concilier prévention des inondations et soutien d’étiage. Deux fonctions antinomiques qui obligent à une gestion fine, dans le strict respect des règlements d’eau fixés par arrêté préfectoral.

Fin juin, tous nos ouvrages doivent être remplis au maximum pour pouvoir alimenter les cours d’eau en période estivale. L’automne 2015 ayant été particulièrement sec, le remplissage des lacs a été tardif, mais début mai, les quatre ouvrages étaient effectivement calés sur leur courbe d’objectif, proches de leur niveau maximum de remplissage. Sur une capacité maximale de stockage de 850 millions de m3, les ouvrages retenaient déjà 735 millions de m3 le 2 mai 2016.

Un mois de mai pluvieux

Le mois de mai a été particulièrement pluvieux cette année avec déjà une première crue sur l’Yonne le 13 mai qui a amené le barrage de Pannecière très proche de sa cote normale de remplissage. A Paris, le total des précipitations pour le mois de mai a atteint 170 mm, ce qui est considérable. Les lacs-réservoirs ont donc été fortement sollicités afin de retenir au maximum ces écoulements en amont, et ceci malgré leur niveau de remplissage déjà élevé.

Ce sont ainsi plus de 40 millions de m3 supplémentaires qui ont été stockés dans nos ouvrages au cours du seul mois de mai. Sur les sites Marne, Seine et Aube, les capacités de stockage restent significatives et permettent encore de faire face aux événements de crue qui se prolongent, en particulier sur la Marne et la Seine où les débits continuent encore d’augmenter ce matin 1er juin.

Réouverture du canal d'amenée Seine

Pour le lac-réservoir Seine, les gros travaux entrepris depuis 5 ans pour réhabiliter progressivement le canal de prise d’eau en Seine avaient nécessité une vidange progressive du canal afin de permettre au chantier de se dérouler pendant la période estivale. L’arrivée de la crue a obligé à remettre en cause ce calendrier et il a été décidé le 30 mai de remettre en eau ce canal afin de soulager les débits de la Seine en amont de Troyes. Cette décision aura des répercussions importantes sur la conduite du chantier mais il a été jugé nécessaire de donner la priorité à la lutte contre le risque d’inondation en aval.

Le lac-réservoir de Pannecière en première ligne

Sur Pannecière, ce nouvel épisode pluvieux s’est traduit par une forte augmentation des débits en amont du barrage alors que l’ouvrage était proche de sa capacité maximale de remplissage. Il a néanmoins parfaitement joué son rôle d’atténuation de la crue. Le 31 mai, alors qu’il était tombé la veille 55 mm en amont, les débits à l’entrée de la retenue dépassaient 30 m3/s et étaient limités à 12 m3/s en sortie de l’ouvrage, soit une réduction de 60 % du débit d’entrée. Cette rétention se poursuit, bien qu’à un rythme ralenti, mobilisant désormais le remplissage progressif de la tranche exceptionnelle de 2,5 millions de m3. Au-delà, le barrage deviendra transparent.

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire