Une situation hydrologique particulière

Vous êtes ici
11/01/2017 Sécheresse / Etiage Partager
Une situation hydrologique particulière

Après la sécheresse du mois de décembre 2016 qui a fortement diminué le débit des rivières, les 4 lacs-réservoirs accusent, un déficit de remplissage significatif en ce début d’année 2017. Ce déficit rarement observé depuis la mise en service des quatre ouvrages pourrait se traduire, si la situation persiste, par une réduction des capacités de soutien des débits à partir de l’été 2017.

Les lacs-réservoirs ont poursuivi le soutien d’étiage jusqu’au 15 novembre. Les prises ont débuté dès le 23 novembre à la faveur d’une petite crue observée sur l’ensemble des cours d’eau, hormis sur le lac-réservoir Aube, au droit duquel la crue a été très modeste et dont les prises étaient arrêtées pour permettre des travaux sur le canal de jonction Temple/Amance. Le mois de décembre 2016 a été particulièrement sec. Les précipitations, très déficitaires, ont représenté sur l’ensemble du bassin, seulement 10 à 15 % de la normale. Les débits en rivières ont enregistré une baisse continue tout au long du mois et sont très inférieurs aux moyennes d’un mois de décembre, limitant ainsi les possibilités de remplissage. Face à la faiblesse des débits naturels des rivières, les prises ont été réduites progressivement tout au long du mois de décembre, voire quasi-interrompues depuis fin décembre, afin de maintenir en aval des lacs-réservoirs un débit supérieur au débit réservé (débit minimum à laisser en rivière à l’aval des prises d’eau), et assurer le maintien des usages, en particulier l’alimentation des canaux secondaires dans la traversée de Troyes et le fonctionnement optimum de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine.

Cette situation génère à la date du 9 janvier 2017 un déficit cumulé de remplissage des lacs-réservoirs de 120 millions de m3. Le volume de remplissage cumulé est ainsi actuellement de 178 millions de m3, soit 60 % du volume de remplissage théorique à cette date (et 21 % du volume de remplissage total).

Bien que ce déficit soit actuellement moins marqué que celui enregistré l’an passé au 5 janvier 2016 (127 millions de m³), il est très probable que ce niveau soit atteint voire dépassé dans les prochains jours. En effet, la faiblesse des prélèvements actuels par rapport aux objectifs de prise habituels de la période en cours conduit à augmenter le déficit de remplissage d’environ 4 millions de m3 par jour. Le déficit est tel sur l’ensemble des lacs que, hormis dans l’éventualité d’une forte crue, le retour aux objectifs de gestion devrait difficilement être atteint avant le 1er mars. Les probabilités de retour aux objectifs de remplissage à cette date se chiffrent à environ 8,5 à 9 chances sur 10 pour les lacs de Champagne, et 6 chances sur 10 pour l’ouvrage de Pannecière. Les précipitations annoncées pour cette semaine, notamment sur les bassins de l’Yonne et de la Marne devraient contribuer à recharger les cours d’eau et permettre de réajuster les prises à la hausse. La situation pourrait donc cesser de s’aggraver, voire s’améliorer dans les jours qui suivent, à la faveur d’une pluviométrie dense et continue, sans toutefois suffire pour l’instant à garantir un retour rapide aux objectifs de remplissage.

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire