Des lâchers d’eau depuis le lac réservoir Seine ?

Vous êtes ici
17/06/2016 Inondation Partager
Des lâchers d’eau depuis le lac réservoir Seine ?

Les précipitations intenses qu’ont connues fin mai-début juin les régions Centre et Ile-de-France ont nécessité de retenir l’eau en amont du bassin  versant pour ne pas aggraver la situation en aval. Les lacs-réservoirs Seine et Aube y ont largement contribué, même si leur impact a été limité lors de l’arrivée du pic de crue sur Paris car cette crue a d’abord été celle des petits affluents franciliens.

Les débits dérivés via le lac Seine en amont de l’agglomération de Troyes ont par ailleurs protégé l’agglomération troyenne en évitant tout risque de débordement sur les zones urbanisées.

Depuis maintenant plus de deux semaines, les débits dans la Seine en amont de Troyes restent élevés. Après une amorce de descente, de nouvelles pluies font de nouveau remonter le débit dans la Seine depuis le 13 juin, en amont de notre prise d’eau.

Cette nouvelle hausse reste modérée et ne devrait pas entraîner de débordements semblables à ceux observés précédemment à l’aval et notamment en région parisienne. Néanmoins, les prises se poursuivent sur la Seine pour maintenir un débit constant à Troyes de l’ordre de 115 m³/s, afin de continuer à protéger les habitations de tout risque d’inondation.

Une partie de l’eau dérivée dans le lac Seine est restituée à l’aval, pour que le lac puisse conserver une capacité de stockage suffisante afin d’assurer sa fonction protectrice. Mais le débit prélevé reste plus important que le débit restitué et l’ouvrage continue donc à retenir une partie de la crue. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, aucun délestage ni vidange n’a été opéré depuis le début de cet événement de crue. Au total ce sont plus de 10 millions de m3 qui ont été stockés depuis le 31 mai dans le lac-réservoir Seine et 5,3 millions de m3 dans le lac Aube.

 

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire