Continuité écologique et infrastructure linéaire : atout ou obstacle ?

Vous êtes ici
12/09/2019 Environnement Partager
Continuité écologique et infrastructure linéaire : atout ou obstacle ?

Continuite ecologique et infrastructure lineaire : atout ou obstacle ?

Ce questionnement reste polémique entre gestionnaires de réseaux et écologues mais les lignes évoluent de part et d’autre des infrastructures linéaires. 
Une journée d’échanges techniques était proposée par le gestionnaire d’autoroute d’APRR autour de retours d’expériences scientifiques conduites sur l’évaluation biologique des dépendances vertes (bermes autoroutières, bassins d’orage, aires d’autoroute).
Une réunion de retour d’expériences s’est tenue avec la visite de l’aire d’autoroute des jonchets, en bordure de l’A5.

Les infrastructures linéaires ((autoroute, voie SNCF, voie d’eau (canaux)) sont des obstacles majeurs à la continuité écologique.
Souvent considérées comme des points noirs dans l’environnement, elles sont aujourd’hui appréhendées de façon moins négatives par certains chercheurs qui démontrent le rôle qu’elles peuvent jouer au regard de quelques habitats ou espèces menacées.

En effet, à l’heure où la biodiversité s’érode et en particulier dans des contextes environnementaux dégradés (plaine céréalière, mieux périurbains…), les dépendances vertes des infrastructures linéaires peuvent servir de refuge à une flore et une faune qui ne trouvent plus de place dans ces milieux.

Une chercheuse en géographie environnementale de l’université Paris I Panthéon Sorbonne a notamment démontré que les bassins d’orage constituaient des zones de reproduction pour de nombreuses espèces d’amphibiens le long l’autoroute A77 et ceux d’autant plus que l’on se trouve en secteur agricole : il existe une corrélation entre occupation du sol environnant et présence d’espèces d’amphibiens dans les bassins d’orage.
Les fossés d’eau de drainage peuvent également abriter une faune insoupçonnée et servir de corridors écologiques entre 2 réservoirs de biodiversité. L’EPTB dans la cadre du projet Trame verte et bleue de la région Grand Est a pu identifier que 70 % des effectifs d’amphibiens circulant dans les 27.774 km de fossés enherbés du canal d’amenée Marne lors des périodes de reproduction étaient des tritons palmés et des grenouilles vertes (identification par Adn environnemental).
L’autre levier permettant d’agir sur la biodiversité des dépendances et l’amélioration des modes de gestion. Depuis une dizaine d’années les gestionnaires d’infrastructures développent aussi des modes d’entretien plus « doux », plus compatibles avec la faune et la flore. Les efforts réalisés (fauchage tardif, aménagement d’abris à reptiles (hibernaculum)) commencent à porter leurs fruits.

 L’EPTB et l’APRR, 4ème groupe autoroutier européen avec leurs 20 000 hectares d’emprises (10 00 ha respectifs) peuvent jouer un rôle en faveur de la biodiversité notamment en développant des synergies avec les acteurs de la conservation de nature sur les problématiques spécifiques liées aux infrastructures linéaires voire en adhérant au club de l’UICN « infrastructures linéaires et biodiversité ».


Inventaire éclair de la flore et faune aquatique d’un fossé de récupération des eaux de l’autoroute A5 (aire des jonchets) présentant de nombreuses espèces (rubanier érigé, dytique, potamot,  larves d’insectes aquatiques)

 

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire