Comment identifier dans le lac de la Forêt d’Orient 10 espèces de poissons dans 192 millions de m³ ?

Vous êtes ici
26/08/2019 Environnement Partager
Comment identifier dans le lac de la Forêt d’Orient 10 espèces de poissons dans 192 millions de m³ ?

C’est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Pour identifier les poissons présents dans cette mer intérieure plusieurs solutions :

1ère solution : interroger les pêcheurs …. Qui vous donneront très certainement le nom de tous les poissons comestibles où qui vous renseigneront sur leur taille ou leur poids souvent spectaculaires. Mais pas d’information ou peu d’informations sur les petites espèces comme le Able de Heckel (espèce consommée par les brochet notamment), la bouvière  (poisson qui héberge les pontes des moules d’eau) ou le goujon asiatique (espèce invasive porteuse de germe pathogène )

La 2ème solution est celle qui va être déployée par les agents de l’agence française de la biodiversité du 26 août au 30 août 2019 : tendre des filets de mailles variées dans des endroits stratégiques (en bordure, à différentes profondeurs)  pour essayer de capturer un échantillonnage des poissons en présence. Ce dispositif, déjà déployé en 2013 ne permet pas de capturer les très petits poissons et les gros poissons : les carpes font des trous dans les filets et les gros silures restent tapis au fond.

La 3ème solution consiste à faire des prélèvements d’eau sur les 30 km de rives depuis une embarcation afin de récupérer des traces d’ADN. C’est le même principe d’analyse qui est développé sur une scène de crime. Sauf qu’ici on ne cherche pas des cheveux, bout de peau…. mais du mucus, des écailles de poisson ou excréments.  L’eau est un excellent vecteur d’ADN. Filtrée à travers une capsule et conditionnée pour la conservation. L’ADN des poissons présents est ensuite comparé à une banque de données d’ADN de poisson  que possède un bureau d’étude spécialisé. Cette technique est simple à mettre en œuvre et ne nécessité pas beaucoup de moyens matériels ou humains. Les résultats sont connus 3 mois après le prélèvement.

 

Les inventaires de poissons réalisés selon la solution 2 ou 3 sont des outils d’aide à la décision pour connaître l’état de santé du lac : ils apportent quelques réponses sur les efforts de préservation à conduire (diminution des tailles de prise, choix des espèces pour le ré-empoissonnement…).
Les inventaires peuvent aussi annoncer des menaces qui pèsent sur le cheptel piscicole. La solution 2 permet également de comparer la valeur piscicole  des différents plan d’eau à l’échelle européenne.

 

 

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire