ACTION DE SOUTIEN D’ETIAGE DES LACS-RESERVOIRS EN 2019

Vous êtes ici
26/11/2019 Sécheresse / Etiage Partager
ACTION DE SOUTIEN D’ETIAGE DES LACS-RESERVOIRS EN 2019

Le syndicat mixte EPTB Seine Grands Lacs est propriétaire et gestionnaire de quatre lacs-réservoirs établis sur la Seine, la Marne, l’Aube et l’Yonne. La gestion de ces ouvrages s’organise en cycles annuels de vidange-remplissage, afin de garantir la réalisation d’une double mission : atténuer l'effet des crues (protection contre les inondations de la Seine et de ses principaux affluents) et maintenir toute l’année un débit suffisant dans ces mêmes cours d’eau (soutien des débits d’étiage).

L’année 2019 a été marquée par un étiage sévère et généralisé ayant nécessité un soutien anticipé des lacs-réservoirs, de mi-juin à début novembre.

 

 

Le soutien d’étiage depuis les lacs-réservoirs en 2019

Le volume stocké dans les lacs à l’issue de la phase de remplissage 2018-2019 a atteint 777 millions de m³ (soit un taux de remplissage de 96 % au 12 juin 2019), permettant d’engager la phase de soutien d’étiage avec un volume disponible conséquent. Entre fin juin et novembre, les lacs-réservoirs ont restitué en cumulé jusqu’à 68 m3/s permettant de maintenir les axes régulés de la Marne, la Seine, l’Aube au-delà des seuils de vigilance.

L’étiage 2019 a été particulièrement sévère sur l’ensemble du bassin de la Seine, et se caractérise par des valeurs de débit moyen mensuel inférieures de moitié au débit médian.

Ces débits très bas en rivière ont été renforcés par les restitutions opérées par les 4 lacs-reversoirs, qui ont représenté :

  • Plus de 60 % du débit observé à Paris
  • 60 % à 90 % du débit observé sur l’axe Marne
  • 85 % du débit à Nogent-sur-Seine (Seine + Aube)
  • Près d’un quart du débit de l’Yonne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Représentation schématique de l’apport des lacs sur les axes régulés par les 4 lacs-réservoirs de l’EPTB
% = rapport du débit restitué par les lacs sur le débit total observé (en septembre 2019)
(source : Seine Grands Lacs)

La centrale nucléaire située à Nogent-sur-Seine nécessite une vigilance particulière car son refroidissement n’est possible que pour un débit en Seine suffisamment élevé. Sans l’action des lacs Seine et Aube situés en amont, le débit naturel (mesuré à la station de Pont-sur-Seine, la plus proche) aurait été inférieur au seuil de crise du 1er juillet au 20 octobre, provoquant l’arrêt de la centrale pendant toute cette période.

La reconstitution présentée dans le graphique suivant permet d’illustrer l’effet des lacs-réservoirs sur le débit des cours d’eau, en comparant le débit qui aurait été observé en rivière sans soutien d’étiage (issue de reconstitutions sur la base de modélisations hydrauliques), aux seuils de vigilance imposant des restrictions d’usages. A Pont-sur-Seine, les restitutions ont ainsi représenté en septembre près de 85 % du débit observé dans la Seine.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Débits observé et reconstitué à la station de Pont-sur-Seine – Seuils réglementaires étiage

 

Des restrictions d’usage limitées sur les axes régulés

En septembre 2019, de nombreux départements étaient touchés par des restrictions d’usages : niveau alerte à crise. La carte suivante détaille les départements concernés et montre que les départements de l’Aube, la Marne et la région Ile-de-France ont été globalement épargnés par les restrictions d’usage notamment grâce à l’apport des lacs-réservoirs. Les départements de la Nièvre et de l’Yonne, bien qu’alimentés par le réservoir de Pannecière, ont connu des valeurs de débit extrêmement basses faisant suite à un déficit pluviométrique accumulé depuis l’hiver 2018-2019.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Carte nationale des arrêtés au 1er septembre 2019
(source : http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr)

 

Fin du soutien d’étiage

Alors que le soutien d’étiage a été prolongé nettement au-delà de la date théorique du 1er novembre en 2018, 2017, 2016 et 2015, l’année 2019 a connu des précipitations continues à partir de mi-octobre ayant permis de réalimenter progressivement les cours d’eau et de lever la majorité des arrêtés sécheresse.

Les restitutions ont ainsi pu être diminuées puis stoppées durant la première décade de novembre, à la faveur de la remontée des débits. Seules les restitutions sur l’axe Marne ont été prolongées jusqu’au 19 novembre dans le cadre de la réalisation d’inspections visuelles à cote de plan d’eau basse.

Le volume restant dans les 4 lacs-réservoirs a atteint son point le plus bas le 20 novembre avec 97 millions de m³ restants, soit 12 % de la capacité de stockage.

 

Le cycle de remplissage a déjà redémarré dans le réservoir de Pannecière sur le bassin de l’Yonne amont, et pourra être engagé d’ici la fin du mois de novembre sur les lacs de Seine, Aube et Marne pour un retour sur les objectifs de gestion théorique dès que possible.



Lac-réservoir Seine – 4 novembre 2019 – remplissage 7% (source : Seine Grands Lacs)

 

Rédaction : Delphine Bizouard, Direction de la Bassée et de l’Hydrologie

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire