L’action de soutien d'étiage des lacs-réservoirs

Le soutien d’étiage depuis les lacs-réservoirs s’inscrit en 2020 dans un contexte de forte sécheresse : précipitations déficitaires, températures supérieures à la normales et vagues de chaleur intense.
Ces facteurs conduisent à des débits très faibles sur l’ensemble des cours d’eau du bassin de la Seine.
L’action de renforcement des débits par les lacs-réservoirs, engagée depuis le mois de juin, permet de contribuer au maintien des usages en contribuant pour 50 à 90 % du débit observé sur la Marne, la Seine et l’Aube.

Publié le

Situation climatique et hydrologique

L’été 2020 fait partie des 10 étés les plus chauds depuis le début du 20e siècle. Il se caractérise par une pluviométrie largement déficitaire et des températures supérieures aux normales. Ces températures élevées sont notamment marquées par deux vagues de chaleur successives du 30 juillet au 1er août et du 6 au 13 août. La situation est particulièrement préoccupante sur l’ensemble du bassin de la Seine.

Sur le bassin de la Seine, l’été 2020 se caractérise par une sécheresse hydrologique et un étiage sévère sur l’ensemble des cours d’eau. L’action des lacs-réservoirs est, cette année encore, plus qu’indispensable pour permettre de soutenir les débits des grands cours d’eau et garantir les usages principaux :

  • Prélèvements industriels
  • Alimentation en eau potable de l’agglomération parisienne
  • Navigation
  • Irrigation des terres cultivables
  • Refroidissement de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine

La carte ci-dessus représente la part du débit restitué par les 4 lacs-réservoirs de l’EPTB par rapport au débit observé sur les axes régulés. (% = rapport du débit restitué par les lacs sur le débit total observé - en septembre 2020) (source : Seine Grands Lacs, débits Vigicrue)

Au 25 septembre, 53 % du volume disponible dans les retenues au démarrage de la saison de soutien d’étiage a été consommé. Le soutien d’étiage se poursuit réglementairement jusqu’au 1er novembre, puis sera adapté si la situation hydrologique reste défavorable.

Lire l'intégralité de l'article